Articles et chapitres

Articles de revue (avec évaluation par les pairs et paires)

  • Adrien Rannaud, « Quand le conflit s’invite au “Royaume des femmes” : Madeleine, mentore littéraire et marraine de guerre pour le journal canadien-français, La Patrie (1914–1918) », Quebec Studies, vol. 68, 2019, p. 37-54 [en ligne].

  • Adrien Rannaud, « “Scandale au pays des éditions” et résistances de l’écrivain catholique au Québec dans les années 1960 », dans Frédéric Gugelot, Cécile Vanderpelen et Denis Saint-Jacques (dir.), « Les disparitions, silences et réinventions de l’écrivain.e catholique (1945-2015) », COnTEXTES, revue de sociologie de la littérature, n° 23, 2019 [en ligne].

  • Adrien Rannaud, « De la conversation et de la dangerosité des coquettes. La mondanité dans Angéline de Montbrun », dans Mylène Bédard, Virginie Fournier, Ariane Gibeau et Adrien Rannaud (dir.), « Contemporanéités d’Angéline de Montbrun et de Laure Conan », Voix et images, vol. 44, n° 1 (130), 2018, p. 39-50 [en ligne].

  • Adrien Rannaud, « “Je viens d’achever le billet que j’avais dans la tête”. Hybridité des pratiques autobiographiques et journalistiques chez Michelle Le Normand », dans Mylène Bédard et Mélodie Simard-Houde (dir.), « Écritures de l’intime et représentations du sujet en contexte médiatique », COnTEXTES, revue de sociologie de la littérature, n° 20, 2018 [en ligne].

  • Adrien Rannaud, « “Je veux vivre intensivement”. Formes, figures et discours de la vie dans la collection “Les Romans de la jeune génération” (1931-1932) », Voix et images, vol. 43, n° 1 (127), 2017, p. 95-110 [en ligne].

  •  « La Revue moderne, creuset de la littérature en régime médiatique dans les années 1950 », Cahiers de la Société bibliographique du Canada, vol. 55, n° 2, 2017, p. 335-358 [en ligne].
    Prix Nouveau chercheur 2017, Société bibliographique du Canada

  • Adrien Rannaud, « Poétique de la rencontre et “entravement” de la parole critique au féminin. La présence et le discours des femmes dans les Confidences d’écrivains canadiens-français (1939) d’Adrienne Choquette », Études littéraires, vol. 46, n° 1, hiver 2015, p. 191-208 [en ligne].

  • Adrien Rannaud, « Une histoire de chair et de fureur : étude de la sexualité dans Kamouraska d’Anne Hébert », dans Isabelle Boisclair et Catherine Dussault-Frenette (dir.), « Sexualité(s) dans l’œuvre d’Anne Hébert », Les Cahiers Anne Hébert, n° 14, 2015, p. 6-22 [en ligne].

  •  Adrien Rannaud, « Dire la ferveur de la sensation. Le discours de la sensualité dans La chair décevante et Les masques déchirés de Jovette-Alice Bernier », dans Lori Saint-Martin (dir.), « Voix de femmes des années 1930 », Voix et images, vol. 39, n° 2 (116), 2014, p. 101-113 [en ligne].
    Prix Jeune chercheur 2016, Voix et images

  • Adrien Rannaud, « Primauté discursive et tragédie de la seconde : Mina, l’oubliée d’Angéline de Montbrun », Studies in Canadian Literature/Études en littérature canadienne, vol. 37, n° 2, 2012, p. 141-153 [en ligne].

  •  Adrien Rannaud, « Du silence au cri : la parole féminine solitaire dans La chair décevante », Studies in Canadian Literature/Études en littérature canadienne, vol. 37, n° 1, 2012, p. 141-152 [en ligne].

Chapitres

  • Adrien Rannaud, « Après la littérature. L’amitié épistolaire entre Jovette Bernier et Alice Lemieux », dans Stéphanie Bernier et Pierre Hébert (dir.), Nouveaux regards sur nos lettres. La correspondance d’écrivains et d’artiste au Québec, Québec, Presses de l’Université Laval, 2020, p. 149-161 [site de l’éditeur].

  • Stéphanie Bernier et Adrien Rannaud, « De la “chair sauvage du Canada” à La chair décevante. Écritures de l’expérience parisienne chez Jovette Bernier », dans Federico Lazzaro et Steven Huebner (dir.), Migration artistique et identité : Paris, 1870-1940, New York et Berne, Peter Lang, 2020, p. 49-60 [site de l’éditeur].

  • Adrien Rannaud, « Le magazine comme objet littéraire. Héritages et perspectives d’un chantier en cours », dans Lucie Robert, Marie-Andrée Beaudet et Micheline Cambron (dir.), La littérature comme objet social II. Mélanges offerts à Denis Saint-Jacques, Montréal, Nota Bene, 2019, p. 157-180 [site de l’éditeur].

  • Adrien Rannaud, « Femmes, célébrité et magazine : la fabrique d’une culture médiatique au féminin vue à travers les exemples du Mois de Jovette et de Véro magazine », dans Julie Beaulieu, Adrien Rannaud et Lori Saint-Martin (dir.), Génération(s) au féminin et nouvelles perspectives féministes, Québec, Codicille, « Prégnance », 2018, p. 211-240 [site de l’éditeur].

  • Adrien Rannaud, « Une lauréate aux multiples visages. Jean Despréz remporte le prix littéraire de La Revue moderne (1940) », dans Denis Saint-Jacques et Marie-José des Rivières (dir.), Les médias parlent et chantent. Chroniques de la vie culturelle à Montréal 2, Montréal, éditions Nota Bene, 2018, p. 105-117 [site de l’éditeur].

  • Adrien Rannaud, « Le magazine canadien-français, entre engagement et divertissement. La Revue populaire et La Revue moderne au sortir de la guerre (1919) », dans Micheline Cambron, Myriam Côté et Alex Gagnon (dir.), Les journaux québécois d’une guerre à l’autre. Deux états de la vie culturelle québécoise au xxe siècle, Québec, Codicille, « Premières approches », 2018, p. 29-53 [site de l’éditeur].

  • Adrien Rannaud, « “Non qu’importe ce que j’écris, mais que j’écrive”. Poétique du balbutiement dans La convention (1985) de Suzanne Lamy », dans Isabelle Boisclair et Karine Rosso (dir.), Interpellation(s). Enjeux de l’écriture au « tu », Montréal, Nota Bene, 2018, p. 93-118 [site de l’éditeur].

  • Adrien Rannaud, « Quand écrire, c’est vivre. Personnages-écrivains et discours sur la littérature dans quelques romans psychologiques canadiens-français de la décennie 1930 », dans Yvan Lamonde et Jonathan Livernois (dir.), Une culture de transition : la recherche de codes de substitution au Québec (1934-1965), Québec, Codicille, « Prégnance », 2018, p. 91-109 [site de l’éditeur].

  • Marie-José des Rivières et Adrien Rannaud, « 1919. Madeleine lance La Revue moderne », dans Denis Saint-Jacques et Marie-José des Rivières (dir.), De la Belle Époque à la Crise. Chroniques de la vie culturelle à Montréal, Montréal, Nota bene, 2015, p. 217-231 [site de l’éditeur].