Graduate Courses (St. George)

FRE2109H Histoire des pratiques littéraires et culturelles des femmes au Québec (1830-1960)
Reposant sur l’étude de plusieurs trajectoires d’écrivaines, de textes et de supports écrits (documents d’archive, livres, journaux, magazines), ce cours veut inviter les étudiants et les étudiantes à réviser le préjugé tenace selon lequel peu de femmes auraient écrit au Québec avant les années 1960. Le 19e siècle et la première moitié du 20e siècle forment un moment déterminant pour le développement d’une littérature nationale au Québec, grâce entre autres à l’expansion de la presse et de la culture médiatique, à l’émergence d’un champ éditorial dynamique, et à l’épanouissement d’une critique littéraire tant laïque que d’obédience religieuse. Les femmes sont loin d’être absentes de ces phénomènes, que ce soit en tant qu’agentes de production de la littérature (romancières, poétesses, journalistes, scénaristes) qu’en tant que destinataires. Reconnaître et éclairer leur existence n’a d’ailleurs rien d’anodin, puisqu’un tel geste implique de modifier substantiellement notre manière de faire et de dire l’histoire littéraire. Ce cours examinera cette « autre » histoire de la littérature québécoise, en prenant soin de replacer l’écriture des femmes et leurs pratiques de lecture dans leur contexte social et culturel. Notre lecture approfondie de plusieurs œuvres significatives (poésie, roman, nouvelle, pièce de théâtre, chronique, critique) et notre exploration de quelques pratiques discursives (comme la correspondance, le journal intime ou la page féminine d’un journal quotidien) nous permettront de mieux comprendre les contraintes et les possibles qui conditionnaient, avant la Révolution tranquille, les pratiques d’écriture des femmes au Québec. Nous verrons ainsi comment les écrivaines parvenaient à négocier leur place dans la sphère littéraire et à publier leurs propres textes.